Accueil Forum Sitemap
Accueil - Problèmes financiers / dettes
Accueil - Problèmes Financiers
Signes avant coureures - Problèmes Financiers
Problèmes rancontrés - Problèmes Financiers
Solutions possibles - Problèmes Financiers
Planification financière - Problèmes financiers
 
Planification des placements
 

Maximiser les avantages fiscaux

 
 

Introduction

Premiers points à considérer

Risque vs rendement

Maximiser les avantages fiscaux

Maximiser temps et argent

Discutez en sur notre forum



 


Maximiser les avantages fiscaux de vos REER

Il est amplement question des REER à la section sur la Planification de la retraite. Pour la plupart des épargnants, ils constituent le meilleur moyen, et le plus simple aussi, de mener une stratégie de placement fiscalement avantageuse.

Voici quelques suggestions pour tirer le maximum des avantages fiscaux dont vous permettent de bénéficier les REER.

  • Versez vos cotisations tôt dans l'année afin de maximiser le report des impôts à payer sur le revenu généré par le REER.
  • Songez à verser jusqu'à 2 000 $ de plus que la cotisation permise dans votre REER car, même si vous ne pouvez pas la déduire de votre revenu imposable, elle viendra grossir le revenu à imposition reportée généré par votre REER. Mieux vaut commencer le plus tôt possible.
  • Si vous avez plus de 69 ans (rappelez-vous que, passé 69 ans, vous ne pouvez plus cotiser à un REER) et que vous avez gagné un revenu, cotisez à un REER de conjoint si votre conjoint a moins de 69 ans.
  • Si votre revenu est exceptionnellement bas une année, cotisez quand même à votre REER, mais demandez la déduction une année où vous toucherez un revenu plus élevé.
  • Rappelez-vous que, même si vous n'avez gagné aucun revenu pour l'année considérée mais que vous avez reporté des droits de cotisation de l'année précédente, vous pouvez cotiser à un REER.
  • Comme les dividendes et les gains en capital font l'objet d'un traitement fiscal avantageux, songez à détenir les placements qui produisent des dividendes et des gains en capital à l'extérieur de votre REER et les placements qui rapportent des intérêts (imposés à votre taux marginal) dans votre REER.

Limiter les pertes sur une action

On dit souvent qu'il faut faire contre mauvaise fortune bon cour, mais que faire avec des actions dont le cours dégringole ? Si vous êtes pris avec un canard boiteux, la « vente à perte à des fins fiscales » peut vous aider à limiter les dégâts.

Voici comment cela fonctionne.

Si vous détenez des titres dont le cours a baissé et . . .
si vous croyez qu'il y a peu de chance qu'il se redresse
et . . .
si vous avez des gains en capital à déclarer pour l'année
ou . . .
si vous avez déclaré des gains en capital imposables au cours des trois dernières années . . .

. . . alors, vous pourriez peut-être

être dispensé de payer l'impôt sur certains gains en capital cette année ou . . .

récupérer une partie des impôts payés sur les gains en capital au cours des trois dernières années.

La vente à perte à des fins fiscales consiste à vendre des titres qui ont perdu de la valeur (et que vous estimez peu susceptibles de remonter la pente à brève échéance) afin de subir des pertes en capital pour compenser vos gains en capital.

Vous devez d'abord les porter en diminution des gains en capital de l'année considérée, mais si vos pertes excèdent vos gains ou si vous n'avez aucun gain pour l'année considérée, vous pouvez les porter en diminution des gains en capital de n'importe quelle des trois années précédentes.

Attention de ne pas enfreindre les règles sur les pertes apparentes

Le gouvernement a établi des règles pour éviter les « pertes apparentes », c'est-à-dire les pertes créées artificiellement pour bénéficier d'un avantage fiscal. Disons que vous avez décidé de déclarer au fisc une perte sur vos actions de Fortune Inc. et de les vendre le 15 décembre.

Au cours de la période de 30 jours précédant et suivant cette date, vous ne pourrez pas acheter d'actions de Fortune Inc. ; si vous enfreignez cette règle, vous n'aurez pas droit à l'avantage fiscal. Tout comme il vous sera refusé si vous, votre conjoint ou une société que vous contrôlez détenez encore des actions de Fortune Inc. 30 jours après la vente à perte à des fins fiscales.

Cependant, les règles sur les pertes apparentes ne s'appliquent pas aux enfants. Vous pouvez donc vendre vos actions de Fortune Inc. et les faire acheter immédiatement par l'un de vos enfants. Vous pourrez alors déclarer la perte et c'est votre enfant qui paiera l'impôt sur les futurs gains en capital. Notez que les règles d'attribution sont très complexes et que vous feriez mieux de consulter un spécialiste pour ce genre d'opération.

Chose importante à savoir : la plupart des opérations sur titres sont réglées dans un délai de trois jours ouvrables une fois l'ordre donné. Donc, si vous voulez procéder à une vente à perte à des fins fiscales à la dernière minute, tenez compte de ce délai de trois jours pour être certain que l'opération est effectuée avant le début de la nouvelle année.

Les dons de bienfaisance, pour profiter d'un plus grand allégement fiscal

Les politiques fiscales de nos gouvernements visent souvent divers objectifs socio-économiques. Par exemple, on incite les contribuables à économiser pour la retraite au moyen des REER, à économiser pour les études des enfants au moyen des REEE et à faire certains placements au moyen de divers encouragements fiscaux.

Certaines des mesures fiscales prises visent à encourager le soutien des organismes de bienfaisance. Comme ces organismes reçoivent maintenant beaucoup moins d'aide de l'État, ils doivent de plus en plus compter sur la générosité de donateurs. En 1997, le gouvernement fédéral a créé une mesure incitative spéciale touchant les gains en capital pour encourager les dons.

Cette mesure a été conçue pour inciter les contribuables à faire don de titres cotés en bourse en réduisant l'impôt sur les gains en capital à la moitié de ce qu'il est habituellement.

Si vous détenez des titres qui ont pris de la valeur, vous faites mieux de les donner directement à un organisme de bienfaisance plutôt que de les vendre pour ensuite lui faire don du produit de la vente.

En plus de bénéficier de l'allégement fiscal, vous recevrez un relevé fiscal de la juste valeur marchande des titres, que vous pourrez utiliser pour réduire le montant de l'impôt sur le revenu que vous devrez payer.

Une autre façon de maximiser l'avantage fiscal des dons

Il existe deux niveaux de crédits d'impôt pour les dons de charité : 17 % pour la première tranche de 200 $ et 29 % pour les sommes en sus de 200 $. Après réduction de l'impôt provincial, la somme en sus de 200 $ que vous donnez se traduit par une économie d'impôt à peu près égale au taux marginal d'imposition le plus élevé, ce qui nous mène à une stratégie.

Comme vous pouvez reporter pendant cinq ans la déclaration de vos dons, pourquoi ne pas les accumuler pour profiter du crédit d'impôt plus généreux accordé pour les dons en sus de 200 $ ? Et, comme les reçus peuvent être joints à la déclaration du conjoint, vous pouvez maximiser votre crédit en faisant déclarer vos dons et ceux de votre conjoint par l'un de vous deux.

Comment un fonds commun peut réduire vos impôts

Que diriez-vous d'un placement qui vous procure des rentrées d'argent plus importantes tout en vous faisant payer moins d'impôt ? Bonne nouvelle : Il y a maintenant moyen de bénéficier de rentrées d'argent mensuelles élevées et de réduire à court terme votre facture d'impôt tout en profitant de la croissance des fonds communs de placement.

Cela est possible grâce à des fonds communs de placement spécialisés qui versent des distributions sous forme de remboursement de capital. Avec ce type de fonds, vous recevez une distribution mensuelle partiellement constituée d'un remboursement du capital investi. Comme il s'agit d'un remboursement de votre capital plutôt que d'une forme de revenu, cette partie du versement n'est pas imposable.

Vous devrez tôt ou tard payer l'impôt sur les gains en capital que vous aurez réalisés grâce au fonds, mais seulement lorsque vous vendrez vos parts du fonds ou lorsque le capital investi sera épuisé.
Tant que vous détenez des parts du fonds, vous pouvez reporter le paiement de l'impôt sur la partie des distributions constituée d'un remboursement de capital. Et, au moment où vous cédez vos parts, si vous passez dans une tranche de revenu inférieure, vous pouvez réaliser une économie d'impôt nette.

Il est préférable de détenir ses parts d'un fonds commun de placement avec remboursement de capital dans un portefeuille non enregistré. Ce type de fonds convient surtout aux investisseurs au profil de risque modéré, possiblement au début de leur retraite et souhaitant maximiser leurs rentrées d'argent après impôt.

 

 

  Accueil Signes Problèmes Solutions Planification Forum
        Agence de création web Mixartmedia