Accueil Forum Sitemap
Accueil - Problèmes financiers / dettes
Accueil - Problèmes Financiers
Signes avant coureures - Problèmes Financiers
Problèmes rancontrés - Problèmes Financiers
Solutions possibles - Problèmes Financiers
Planification financière - Problèmes financiers
 
Planification des placements
 

Premiers points à considérer

 
 

Introduction

Premiers points à considérer

Risque vs rendement

Maximiser les avantages fiscaux

Maximiser temps et argent

Discutez en sur notre forum



 


Quoi que vous fassiez de votre argent, il y aura toujours un risque

Peu de gens y pensent mais, quoi que vous fassiez de votre argent - même si c'est rien -, vous courez un risque. Le risque est inhérent à toutes vos décisions financières. C'est la raison pour laquelle il est important que vous réfléchissiez bien aux différents types de risque financier auxquels vous faites face.

« Pour participer au jeu, il faut en accepter les contraintes. »
George Soros

Le type de risque que tout le monde connaît, c'est le risque de perdre son argent à la bourse, mais l'instabilité des marchés ne représente qu'un type de risque.

Lorsque vous laissez dormir votre argent dans un compte d'épargne, vous vous exposez à un autre type de risque. Même si votre argent est en sûreté, l'inflation risque de vous en prendre une partie. Par exemple, si ce compte est assorti d'un taux d'intérêt de 2 % et que l'inflation est de 4 %, vos économies perdent 2 % de leur valeur chaque année. Ce n'est pas un risque à prendre à la légère à long terme.


« Il y a du bon dans l'inflation. Après tout, elle permet à chaque Américain de vivre dans un quartier plus cher sans avoir à déménager. »
Alan Cranston, sénateur américain

Un autre risque vient de la fluctuation des taux d'intérêt. Supposons que vous avez placé votre argent dans des obligations de grande qualité. Si les taux d'intérêt montent, le cours de ces obligations chutera, même si elles sont d'excellente qualité. Si vous voulez les vendre avant leur échéance, vous risquez de perdre une partie du capital.

Par ailleurs, si vous investissez dans des CPG à long terme et que les taux d'intérêt grimpent, vous êtes là aussi perdant car, même si la valeur de votre placement est garantie, vos titres rapportent moins qu'ils le feraient aux taux d'intérêt en vigueur. C'est donc comme si vous perdiez de l'argent.

Donc, à défaut de pouvoir éviter tout risque dans le domaine des finances, que pouvez-vous faire ? La réponse est simple : apprendre à réduire le risque au minimum, sujet dont nous traiterons amplement dans la présente section.

Il existe un placement non risqué au rendement très alléchant

Vous pouvez faire un placement qui ne comporte pratiquement aucun risque et qui vous assure un rendement très élevé : régler le solde de vos cartes de crédit coûteuses.

Comparez le taux d'intérêt que vous payez sur votre solde de carte de crédit au taux d'intérêt que vous payeriez sur un prêt de votre banque. La différence représente le « rendement » que vous toucherez si vous contractez un emprunt à la banque pour acquitter le solde de votre carte de crédit.

Pourquoi la plupart des investisseurs devraient tirer davantage de leurs placements

Ils laissent l'émotion guider leurs choix. Même les plans élaborés avec le plus grand soin peuvent être minés lorsque les émotions s'en mêlent. Les émotions constituent l'une des principales raisons pour lesquelles l'investisseur moyen n'obtient pas de meilleurs résultats, surtout en ce moment.

Vous aurez beau suivre les règles du placement à la lettre et avoir mis en place un plan stratégique longuement mûri, lorsque le marché n'évoluera pas en votre faveur, comme il le fera tôt ou tard, si vous laissez les émotions brouiller votre jugement, vous serez amené à prendre de mauvaises décisions.

De nombreux investisseurs n'ont de pires ennemis qu'eux-mêmes. Avant de faire quoi que ce soit, ils ne se posent pas cette question capitale : « Quel degré de risque suis-je prêt à tolérer ? ». Ils ne réfléchissent pas sérieusement à ce qui pourrait arriver. Puis, lorsque les difficultés surgissent, ils sont incapables de respecter leur plan. Ils remettent tout en question et reviennent sur leurs décisions, et ce, dans les pires circonstances.

Ils regardent le marché s'effriter pendant des semaines, des mois, voire plus longtemps. Puis, après avoir continué d'adhérer à leur plan pendant toute la durée du repli, ils perdent patience et vendent leurs titres. La décision peut parfois s'avérer la bonne, mais ce n'est habituellement pas le cas. Le plus souvent, la vente a pour unique résultat de concrétiser des pertes jusque-là théoriques ; ensuite, ils aggravent la situation.

La réaction excessive typique des investisseurs après une perte consiste à rechercher uniquement la sécurité et à placer leur argent dans des CPG. Par la suite, ils rongent leur frein en regardant le marché remonter et atteindre des sommets sans précédent. Non seulement ils ont vendu à perte, alors que ce n'était pas nécessaire, mais ils se sont privés de rendements dont ils auraient normalement profité.

Cette histoire est celle de nombreux investisseurs. Ils se privent de gains énormes dont ils auraient pu profiter n'eut été les décisions qu'ils ont prises sur le coup de l'émotion et de la peur plutôt qu'en toute logique et rigueur.

Il vous faut un plan à long terme sur papier - que vous suivez scrupuleusement !

Sans plan de placement, vous risquez de réagir aux événements quotidiens, ce qui n'est pas une façon très efficace de gérer un portefeuille. Ce qu'il vous faut, c'est un plan à long terme qui vous donnera l'aplomb nécessaire pour faire face aux nouvelles quotidiennes et à l'inévitable volatilité.

Et votre plan devrait être couché sur papier, afin de renforcer votre engagement. Vous aurez aussi le sentiment d'avoir la situation bien en main et de prendre des mesures concrètes pour atteindre vos objectifs.

Mais le plus important, c'est que vous adhériez à votre plan. Pour que vous puissiez y arriver, il est essentiel que votre plan tienne compte du risque que vous êtes prêt à assumer ou, en d'autres termes, que vos objectifs soient compatibles avec votre tolérance au risque.

Si vous visez une forte croissance rapide et si votre tolérance au risque est faible, il y a incompatibilité et, comme il y a peu de chance que votre attitude à l'égard du risque change, vous devez modifier votre objectif.

Honnêtement, quel degré de risque êtes-vous prêt à prendre ?

S'il est possible de quantifier la plupart des facteurs influant sur l'évolution d'un portefeuille, il est impossible de quantifier le plus important : les émotions. Vous ne pouvez pas mesurer l'ampleur de votre réaction devant la perspective d'une perte ou à une perte réelle.

Il est difficile de répondre avec précision à la question « Quel degré de risque êtes-vous prêt à prendre ? » mais cette question est d'une importance capitale et vous devez y répondre.


« Les hommes peuvent modifier le climat, mais ils ne peuvent changer leur nature. »
Joseph Addison

Nous voulons tous que notre argent fructifie, mais plus le potentiel de croissance d'un placement est élevé, plus le risque est grand. C'est le dilemme au cour de chaque décision de placement : il faut choisir entre un risque moindre ou des gains potentiellement plus substantiels.

Vous devez absolument être honnête envers vous-même et réaliste quant à votre volonté de tolérer le risque. Vous devez mettre en balance votre capacité émotive d'assumer un certain risque et votre désir d'obtenir un rendement particulier ou, en d'autres termes, déterminer quelle combinaison de risque et de rendement vous convient. Vous devez vous poser les questions suivantes. . .

  • Est-ce que cela me perturberait de voir mes placements perdre de la valeur ?
  • Serais-je capable de supporter de grandes fluctuations de la valeur de mon portefeuille s'il y avait une possibilité de rendements élevés ?
  • Est-ce que je préférerais un rendement plus modeste sur mes placements en contrepartie d'une fluctuation plus légère de la valeur de mon portefeuille ?

Certains aiment l'action et trouvent stimulants le risque et l'incertitude. D'autres en perdent le sommeil. Alors, quel est le degré de risque qui vous sied le mieux ?

La réponse est simple : un degré de risque qui ne vous empêchera pas de dormir la nuit et qui ne vous amènera pas à vous interroger 20 fois par jour sur l'évolution de votre portefeuille.

Pour établir précisément cette réponse, un peu d'introspection est nécessaire. Il n'y a pas de formule miracle pour trouver le bon équilibre. L'important est que vous soyez conscient de l'enjeu et que vous y réfléchissiez.

 

 

  Accueil Signes Problèmes Solutions Planification Forum
        Agence de création web Mixartmedia